Pierre Allain (1904-2000) était un alpiniste exceptionnel, considéré comme le meilleur de sa génération, reconnu pour ses « premières » : la face nord du petit dru en 1935, l’Himalaya en 1936 (première Française), ainsi qu’une dizaine d’autres…

Tout d’abord, il fût parmi les premiers alpinistes à se mettre à l’escalade, en découvrant Fontainebleau et son potentiel en 1928. « la Paillon », « la Borniol » puis « l’Angle Allain », au secteur du bas cuvier, sont des blocs classiques datant de cette génération de grimpeurs.

Ensuite, et surtout, il révolutionna le matériel de l’escalade avec de nombreuses innovation techniques notamment concernant l’équipement des alpinistes (invention du sac de couchage, de la veste en duvet).

Nous lui devons les premiers chaussons d’escalade : il commença par coller une semelle de caoutchouc à des espadrilles, puis quelques années plus tard, en 1947, il perfectionna son invention en créant la P.A. avec l’aide de Edmond Bourdoneau. Les P.A. deviendront d’ailleurs les EB, marque toujours d’actualité appartenant désormais à « 9A climbing ».

Il créa aussi le mousqueton en alliage léger (65g) révolutionnant le mousqueton inventé par Hans Dülfer (135g).

Toujours dans le sillage de Dülfer qui avait créé le rappel en S, où l’en enroulait la corde autour du corps, il crée le premier descendeur en 1934, pour éviter les frottements de corde qui sciaient les jambes et brûlaient la nuque.

C’est l’ancêtre des descendeurs mécaniques. Il est cependant mal accueilli par le milieu montagnard et ne sera adopté que dans les années 1960, après avoir été modifié par l’un des fabricants.

Hans Dülfer
Rappel en S par Hans Dülfer

Sa dernière invention était « légèrement » risquée : le « décrocheur » était un mécanisme muni d’un crochet et d’un ressort sur lequel vous attachiez votre corde pour descendre en rappel. L’intérêt étant que vous puissiez faire un rappel de la longueur de la corde, pour la récupérer il suffisait de soulager la corde, le ressort la décrochant automatiquement. Le problème c’est que si vous n’étiez pas constamment en tension sur la corde alors que vous n’aviez pas fini votre rappel, le ressort ne faisait pas la différence….

Pour en savoir plus, vous pouvez regarder le documentaire La lumière du rocher de Laurent Chevallier :

Portrait de Pierre Allain, la « très pure lumière du rocher », comme l’appelaient ses élèves, dans lequel toutes les générations s’accordent à reconnaître le père de l’alpinisme moderne.

Un film de Laurent CHEVALLIER

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s