L’IRATA (INDUSTRIAL ROPE ACCESS TRADE ASSOCIATION, ou « Association Commerciale de l’Accès Industriel au moyen de Cordes ») a été créée en 1987, suite aux demandes des industries pétrolières en Mer du Nord de structurer un système sûr de travail sur cordes.


Il s’agit d’une association commerciale anglo-saxonne, se voulant internationale, d’où l’appellation courante « IRATA International », ayant créé un système de travail global où l’ensemble des acteurs sont certifiés :

  • Techniciens (IRATA Level 1, 2 et 3)
  • Formateurs et Instructeurs (IRATA Level 3/t et 3/i)
  • Assesseurs (IRATA A/Level 3)
  • Auditeurs
  • Entreprises de Travaux (IRATA Operator) et Organismes de Formation (IRATA Trainer).

Chaque niveau de certification n’est valable que 3 ans, et un examen (pour les Techniciens), ou un audit (pour les Entreprises), doit être réussi à l’issue de la période de validité pour prolonger la certification.


Le Système de travail IRATA repose sur un socle composé de 3 éléments-clés :

Le Code de Bonnes Pratiques International (ICOP : International Code Of Practice)

L‘ICOP (220 pages), dont l’avant-dernière version a été traduite en français, est l’ouvrage référent démontrant le sérieux et la grandeur des travaux entrepris pour exprimer les recommandations techniques et organisationnelles de la préparation, la réalisation et du suivit des travaux sur cordes selon IRATA.
Vous le trouverez ici, dans sa version française, puis dans sa version plus récente mais en anglais :

Le Référentiel de Formation, d’Évaluation et de Certification (TACS : Training, Assessment and Certification Scheme)

Le TACS (57 pages) est le référentiel complet précisant les exigences des Techniciens pour chaque niveau, en terme de formation, et d’évaluation. Il indique les recommandations techniques pour chaque item (pratiques sur cordes, organisation des travaux, secours…) relatives à chaque niveau de certification. Il précise également les modalités d’évolutions entre les niveaux de certification.
Il n’existe pas encore de version française du TACS disponible.

Chaque Technicien validant son niveau de certification se voit attribuer un numéro individuel IRATA. Il est ainsi possible de vérifier la validité de la certification d’un Technicien en renseignant son nom et son numéro sur le site de l’IRATA.

Les Audits pour l’adhésion des Entreprises (Operator et Trainer)

Les Audits, réalisés par des Auditeurs eux-mêmes certifiés IRATA, permettent de contrôler les Procédures et Modes Opératoires des Entreprises en termes de Sécurité, d’Organisation du Travail, de Qualité et d’Amélioration Continue. Les plateaux techniques des centres de formation sont également contrôlés à chaque Audit.

Le premier Audit est probatoire pour une durée d’un an, puis les suivants, s’ils sont satisfaisants, accordent une certification pour 3 ans.

Seules les entreprises membres peuvent communiquer avec le logo de l’IRATA, et doivent mentionner leur numéro de certification.


Un Système identique, partout dans le monde

Le système se veut identique quelque soit le pays. Ainsi, une entreprise certifiée aura subit le même audit qu’elle soit en France ou en Inde, et les Techniciens certifiés de chaque niveau auront passé avec brio le même examen, en France ou en Australie.

Pour assurer une diffusion équivalente des informations partout dans le monde, l’IRATA impose notamment aux Instructeurs et aux Assesseurs de participer à minima une fois par an à un « Workshop IRATA » (Atelier IRATA) leur étant dédié, organisé par une Entreprise membre de l’IRATA. Un « programme d’informations à diffuser et d’échanges à mener » est imposé à minima, afin de garantir une diffusion mondiale des informations récentes, et éventuellement susciter des remontées d’information.


Un Système en évolution permanente

En plus de la diffusion des informations récentes organisée par les Workshop, l’IRATA s’appuie sur un traitement statistique annuel complet des données des entreprises membres.

En effet, chaque entreprise membre (Operator ou Trainer) a l’obligation de renseigner des données trimestrielles, telles que les accidents ou incidents, le nombre d’heures de travaux ou de formation réalisées, et pour chaque niveau de certification des Techniciens, le type de travaux réalisés… etc

Chaque année, un document de synthèse est édité : le WASA (Work And Safety Analysis) ; permettant par exemple de justifier que le système IRATA, s’il est respecté dans sa globalité, présente des statistiques d’accidentologie plus sûres que les Industries Occidentales.

Également, au fur et à mesure du traitement des remontées d’informations, si des problématiques apparaissent comme prédominantes, elles peuvent être traitées et via des « Bulletin de Sécurité » (Safety Bulletins) ou des « Fiches Thématiques » (Topic Sheets), des Posters (sur la gestion des frottements ou l’anticipation des chutes d’objets) ou des Vidéos pédagogiques (sur la Gestion des frottement en travaux sur cordes par exemple).


Toutes les informations pratiques sont accessibles sur le site internet de l’IRATA, dont une partie est traduite en français.